Citation et contexte

21/11/2010 à 17:53 | Publié dans La vie des blogs | Laisser un commentaire
Étiquettes : , , ,

 
« Quand il y en a un ça va, c’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes! »

Une citation, mais à qui s’adressait-elle ? Brice Hortefeux parlait-il des auvergnats ? Tout est question de contexte.

Idem pour Niquolas Sarkozy (« Casse toi pauvre con »), son expression est changeante suivant le contexte : Sarkozy au dîner du CRIF n’est pas Sarkozy dans les bras de Bouteflika :
"Les accolades de Sarkozy"

 
Autres exemples, dans la nobserverie cette fois (la ménagerie des blogueurs de NouvelObs.com), une invective courante est « pauvre type », sans qu’on sache vraiment s’il s’agit de pauvre en argent ou pauvre en esprit. Mais comme il semble que ce soit péjoratif, ce doit être le second sens, car être pauvre en argent, ou ne pas avoir de Rolex à 50 ans, ne semble pas être un signe de non réussite dans la vie, du moins pour les lecteurs du Nouvel Obs. Par contre être pauvre d’esprit …

Donc lorsqu’on rappelle, en les citant, les insultes prononcées par certains, la défense de celui qui a prononcé l’insulte est toujours la même : le contexte, la citation est sortie de son contexte.

Les exemples sont nombreux. Mais revenons à Sarkozy l’exemplaire, sioniste au milieu des sionistes, fan des musulmans au milieu des musulmans et catholique fervent au Vatican. Dans la nobserverie, il y a de bons imitateurs : exemple de citation sortie de son contexte :

« Je souscris pleinement à ce que dit Stambul.
Sa parole me réconcilie avec ce que j’ai toujours vécu et ressenti en tant que juif, et je tiens à rester fidèle à cette idée là. C’est même essentiel.
On ne va pas remonter à Abraham ! Ce qui me fait juif moi aujourd’hui en vérité ce n’est pas grand-chose, un genre de hasard qui mélange des mouvements d’émigration au début du XXème siècle, comme il y en a eu après pour les Italiens, les Polonais, les Portugais.
Ce qui me fait juif ce n’est pas une pratique de la religion – ok il y a bien un petit intérêt pour la pensée et l’étude talmudique, mais ç’aurait pu être le bouddhisme, le soufisme, ou bien même encore la philatélie…
Ce qui me fait juif ce n’est pas la peur que moi ou ma famille soyons persécutés, ou exterminés. Ca va, on a déjà donné, ce ne sont pas les petits négationnistes des blogs qui vont m’empêcher de dormir ! Ca me donne juste un genre d’esprit caustique…
Ce qui me fait juif ce n’est pas une différence d’avec les gens autour de moi, ou alors c’est de l’orgueil mal placé… et c’est vrai qu’on y est tenté parfois. Pfft !

Disons alors tout bêtement que pour moi être juif c’est un petit vernis de tout ça, un genre de coquetterie quoi ! Pas de quoi en faire un fromage, enfin je veux dire pas de quoi en faire un pays…
Et surtout pas de quoi en faire un nationalisme !
Parce que bon, ok, cette population juive qui a émigré en Israël elle y est, c’est un fait. Les boers aussi étaient en Afrique du Sud. Ben quand même ils ont été un peu amenés à « composer » avec les gens qui habitaient là aussi, à force….
Donc ne pas me demander de cautionner cette politique expansionniste !
Je trouve insupportable qu’une association française, le CRIF pour bien le nommer, se permette de parler au nom « des juifs de France » pour apporter son soutien à la politique d’un pays étranger, oui un pays étranger ! Insupportable. Je devrais porter plainte !
Ce qui reste pour moi de l’esprit juif c’est précisément le déracinement, c’est précisément l’absence d’idée nation.
… ceci ayant vocation universelle, je tiens néanmoins à le préciser.
Ce qui veut dire que les nationalismes et problèmes identitaires « des autres », ceux d’en face, on n’a pas fini de se les fader… et ça aussi c’est bien dommage !
Dans ce contexte l’esprit juif est censé avoir une longueur d’avance… je ne comprends pas pourquoi alors il se tire une balle dans le pied.
C’est depuis précisément qu’il a mis le pied sur une terre, qu’il a appelé sa terre, et voilà où est à présent son esprit… dans son pied ! Et c’est bien là qu’il tire !
C’est douloureux ! »

Pour le contexte, c’est ici :
"Le point de vue de Kamile"

 
Et comme dit l’autre (citation de BRADESCAV, sortie de son contexte) :

« Ne jamais rien lâcher …
Bises
Brad »

 
Mais qui donc est le dindon ?

 
 


Entries et commentaires feeds.